fermer
Destination Rennes

- Actualités -

Les remparts de Rennes, un lieu chargé d'histoire

Publié le 10/11/2016

Bientôt réaménagés en promenade, les remparts de Rennes pourraient être inscrits aux monuments historiques

Les remparts de Rennes, datant du XVème siècle, sont un élément important du patrimoine rennais. Après les Portes Mordelaises et la Tour Duchesne, l’ensemble de l'enceinte pourrait bientôt être inscrit aux monuments historiques.


Un rempart construit au XVème siècle

Les remparts de Rennes devraient retrouver de leur superbe dans les années à venir. D’abord parce qu’un projet de promenade prévoit de mettre en valeur cet élément architectural d’ici 2020, avec un chemin circulant le long des douves pour rejoindre la Place des Lices depuis la Place de Bretagne. Ensuite, parce que le rempart, construit au XVème siècle, pourrait être inscrit aux monuments historiques prochainement. Rien n’est encore fait, mais la commission régionale du patrimoine a donné un accord de principe au projet d'inscription des remparts de Rennes, un élément important du patrimoine rennais.

 

Des vestiges de l'enceinte gallo-romaine du IIIème siècle

Le lieu est en effet chargé d’histoire : les Portes Mordelaises, principale entrée de la ville, était un passage obligé pour les Ducs de Bretagne. Des vestiges de l’Antiquité ont également été mis au jour le long du rempart médiéval, du côté de la Place de la Mission. La première enceinte gallo-romaine, d’une hauteur de plus de 6 mètres, a été dégagée lors de travaux d’aménagement réalisés en 1999. « Le premier rempart de la ville a été construit à la fin du IIIème siècle, en partie en briques, ce qui a valu à Rennes son surnom de "Condate la Rouge" » rappelle Gilles Brohan, Animateur de l’architecture et du patrimoine et responsable du service Rennes Métropole d’Art et d’Histoire

Quand la musique monte dans les tours

Un peu plus haut, en direction des Portes Mordelaises, la Tour Duchesne, du nom du portier qui y réside au XVème siècle, a connu elle aussi plusieurs vies. Utilisée comme prison au XVIème siècle pour enfermer les délinquants qui circulaient sur la muraille pendant la nuit, elle a reçu un pensionnaire pas comme les autres à la fin du XVIIIème siècle : « François Elleviou, le ténor de l’Empereur Napoléon, a été incarcéré dans la Tour suite à des dettes de jeu. Tous les soirs à la même heure, sa voix de stentor sortait de la Tour et attirait les élégantes venues écouter le grand air de Richard Cœur de Lion au pied des remparts » raconte Gilles Brohan. Là où de nos jours, dans ce qui s’appelle désormais le Square Hyacinthe Lorette, ce sont les musiques électroniques qui résonnent le soir du 21 juin…

Une anecdote parmi d’autres qui témoigne du riche passé de la ville et de ses remparts, un lieu à découvrir à l’occasion des visites guidées proposées par l’Office de tourisme.

 

  • Je viens Pour Du au

organiser