La cheffe Alexandra Beauvais

Alexandra Beauvais

Parcours bien-être avec une cheffe bretonne

En Bretagne, la cuisine est souvent une affaire de famille, Alexandra Beauvais en est un bon exemple avec trois générations de chefs du côté de son père. Mais sa carrière de cheffe a été bouleversée quand elle a été diagnostiquée intolérante au gluten en 2008. Pas question de renoncer à la gourmandise : Alexandra a écrit de nombreux guides de cuisine « saine », donne des cours et lance prochainement une gamme « healthy food », bio, sans gluten et fabriquée en Bretagne, à Rennes. Suivez-la dans ses adresses favorites dans la capitale bretonne.

« A Rennes, il existe un éclectisme incroyable »

Alexandra Beauvais
Alexandra Beauvais

Rennes, capitale bretonne où il fait bon vivre… Alexandra en est convaincue « Culturellement, la vie est facile à Rennes, c’est beaucoup moins cher et compliqué qu’ailleurs. J’aime le lien social, l’accueil, tout est faisable ici. Il existe à Rennes un éclectisme improbable, une ouverture d’esprit incroyable ».

Née à Rennes, Alexandra a pourtant été éloignée de ses racines pendant longtemps. Déménageant régulièrement, elle s’est ouverte à d’autres cultures culinaires aux quatre coins de la France avant de revenir à Rennes en 2010, par amour.

« Je disais qu’il était pas né celui qui me ferait revenir en Bretagne et pourtant… J’avais des souvenirs d’enfant de pêche à pied, sous le crachin à Saint-Brieuc. A force d’entendre dire qu’il pleut tout le temps en Bretagne, on finit par le croire alors que ce n’est pas vrai. Il pleut moins souvent qu’à Bordeaux ou au Pays Basque ! J’ai dépassé le cliché et maintenant pour rien au monde je ne partirai d’ici ».

Sa vie de cheffe bascule quand elle doit se passer de gluten

Mais avant ce retour aux sources, un autre événement a changé sa vie de cheffe. En 2008, elle est diagnostiquée intolérante au gluten. Un coup dur pour une fille et petite fille de cuisinier qui décide d’affronter cette épreuve en cherchant à en tirer quelque chose de positif. « En regardant les étiquettes dans les magasins on s’aperçoit qu’il y a du gluten partout : à l’époque, en grande surface, en dehors de la farine de blé, de la maizena et des galettes de riz, il n’y avait pas grand chose. Je suis gourmande, je viens d’une famille de cuisiniers, j’aime la vie et ses plaisirs, ça a été un choc. Toutes les personnes qui sont allergiques et intolérantes se retrouvent dans une exclusion sociale. Même dans la bière, le whisky et les glaces, il y a du gluten. On se retrouve du jour au lendemain à ne pouvoir consommer que 10% des produits disponibles au quotidien » confie Alexandra. « Au départ j’étais très en colère. J’ai commencé à regarder ce qui se faisait à l’étranger, en Allemagne et au Canada, à commander des produits, des farines et faire des tests à la maison. Mon premier défi avec mon papa a été de recréer une pâte à choux car je voulais regoûter à la Madeleine de Proust de mon enfance : la religieuse au chocolat que je mangeais en revenant de l’école. Et on a réussi rapidement à faire des chouquettes sans gluten qui sont aujourd’hui la Madeleine de mes filles »…

« Le sans gluten n’est pas un effet de mode »

Alexandra Beauvais dans son ateliers cuisine
Alexandra Beauvais dans son ateliers cuisine

Depuis elle a écrit de nombreux livres sur la cuisine sans gluten, sans toutefois s’enfermer dans ce qui est pour elle une tendance durable : elle privilégie une vision ouverte du sans gluten en l’inscrivant dans une cuisine naturelle, saine et gourmande qui se concrétise aujourd’hui par le lancement d’une marque de produits d’un nouveau genre.

« Le sans gluten, je ne veux pas m’enfermer dedans, c’est ma vie car j’ai été diagnostiqué coeliaque et je ne peux pas en manger, mais je le vois plus comme un art de vivre et une ouverture au monde. J’ai découvert des céréales anciennes que je ne connaissais pas du tout, comme le sorgho, ou le fonio, la céréale de luxe en Afrique. Des nouvelles saveurs qu’on n’imagine pas : au niveau odeurs c’est très puissant et à la cuisson on sent quelque chose qui n’est pas dans notre mémoire olfactive qui fait travailler l’imaginaire ».

Auteur de nombreux livres de recettes, Alexandra dit faire confiance à son intuition. Sur les pianos de cuisine, elle joue à trouver l’accord parfait. « Je fonctionne beaucoup à l’instinct, je dis souvent que je goûte dans ma tête. J’ai eu la chance de travailler pour une ONG au Cambodge et là-bas j’ai découvert des fruits exotiques, des insectes, des larves, des mygales, il suffit que je goûte une fois pour que sente avec quoi ça va matcher ». Du beurre de café sur des huîtres, pourquoi pas  ? « L’idée m’est venue grâce à mon mentor Michel Guérard. Je cuisine toujours en live, je ne fais jamais d’essai de recette, sauf pour les pâtisseries sans gluten. Comme je travaille sans tous ces additifs qui sont aberrants quand on parle de cuisine saine ça demande une culture un peu empirique sur la partie chimique : avec de la farine de riz, de millet, de chanvre et des fécules, il faut avoir le bon dosage ».

« On ne fait pas un régime sans gluten pour s’amuser… »

« Tous les restaurateurs vous le diront aujourd’hui : tous les jours ils reçoivent des clients avec des allergies alimentaires. C’est important qu’ils les prennent en compte dès maintenant d’autant que d’ici 2050, une personne sur deux sera allergique (toutes allergies confondues alimentaires ou respiratoires). Ce n’est pas juste une mode, c’est une tendance qui va s’installer car elle s’accompagne d’une prise de conscience écologique » affirme Alexandra qui rappelle que l’intolérance au gluten n’est pas à prendre à la légère. « J’ai été diagnostiquée tardivement et avant j’ai été hospitalisée de nombreuses fois, ça a freiné ma croissance, j’ai eu plein de carences, des migraines sans arrêt. Ce n’est pas une maladie anodine, c’est un empoisonnement permanent. Du jour au lendemain où j’ai arrêté le gluten, les migraines ont ralenti, j’étais très maigre j’ai recommencé à prendre du poids. Le régime sans gluten, on ne le fait pas pour s’amuser. C’est un équilibre à trouver et il n’y a pas de traitement : c’est une éviction à vie ». Heureusement, il existe des alternatives pour se faire plaisir et la Bretagne est bien lotie dans ce domaine. « On nous envie les produits bretons, le côté « Terre et mer » est extraordinaire à travailler en cuisine. Et pour le sans gluten aussi c’est le paradis : on a du chanvre, du lin, du millet et bientôt du riz ».

Ses bonnes adresses gourmandes à Rennes

On peut manger sans gluten tout en se régalant, la preuve avec ces quelques adresses rennaises chaudement recommandées par Alexandra.

Alexandra Beauvais au Iodé à Rennes
Alexandra Beauvais au Iodé à Rennes

Le Iodé, « ma cantine favorite »

Parmi ses lieux où Alexandra a ses habitudes, la renommée Petite Nature, « une super cuisine végétarienne et régulièrement sans gluten » ou l’un des nombreux coffee-shops : « J’aime bien aller au Café Joyeux ou chez Bourbon d’Arsel. A Rennes on a la chance de pouvoir choisir entre plein de petits lieux agréables ».

« Ma cantine c’est le Iodé, le bar à huîtres de la Place des Lices, avec des produits ultra frais, des huîtres de Normandie fabuleuses, des huîtres de Cancale… Depuis que j’y suis allée, Anne propose du pain sans gluten, je trouve ça extraordinairement bienveillant et commerçant et elle fait même de temps en temps un fondant sans gluten, des wraps de sarrasin sans gluten et ses propres rillettes, délicieuses. J’y vais très souvent pour l’apéro ». La suggestion de la cheffe au Iodé : les huîtres spéciales sentinelles élevées en Irlande et affinées à Cancale, « bien charnues et légèrement sucrées ».

Pour dîner le soir : Les Darons

« Le restaurant les Darons est aussi très vigilant par rapport aux allergies, c’est agréable de pouvoir être en confiance ». Une rôtisserie bistronomique conviviale qui propose aussi chaque jour un poisson à la plancha.

Coup de Coeur pour les Demeures de Marie à Pacé

Alexandra Beauvais à la Demeure de Marie à Pacé
Alexandra Beauvais à la Demeure de Marie à Pacé

Côté hébergement, pour un week-end autour du bien-être, le coup de coeur d’Alexandra se trouve à Pacé, à quelques kilomètres seulement au nord de Rennes. Une maison d’hôtes de charme avec 5 chambres spacieuses et magnifiquement décorées. Un lieu chargé d’histoire dont les traces les plus anciennes remontent au XIIIème siècle où on vient aussi se régaler le temps d’un week-end en amoureux.

« Ils m’ont concocté un repas 100% sans gluten et c’était fabuleux, le petit-déjeuner aussi avec un far breton et des petites crêpes sans gluten. Ils s’adaptent aux clients selon les allergies : gluten, lactose… un vrai coup de coeur pour cette adresse sympathique avec une grande qualité de service ». Les demeures de Marie disposent également d’un sauna et d’un grand jardin de 4000 mètres carrés avec un jaccuzzi et un petit salon en forme de cabane en bois au fond du parc. Un écrin de verdure toute proche de la ville idéal pour rayonner et aller visiter les lieux d’intérêts autour de la capitale bretonne. 

La Bretagne, « une terre idéale pour se ressourcer »

Alexandra Beauvais à la librairie Rose Mystique
Alexandra Beauvais à la librairie Rose Mystique © Destination Rennes / Nicolas Joubard

Alexandra se passionne aussi pour les nourritures spirituelles, le bien-être passe aussi par la connaissance de soi et la psychologie positive qui l’a aidée à surmonter des épreuves de vie. « Pour trouver des livres, j’aime aller chez Le Failler, une institution parmi les nombreuses librairies indépendantes de Rennes. Comme je m’intéresse au Reki et à la méditation, je vais souvent à la Rose Mystique, on y trouve de tout : des CD, des encens, beaucoup de récits de vie qui me touchent sur la résilience. Peu de gens le savent mais l’école de psychologie positive et le yoga du rire ont commencé en France à Rennes. Est-ce parce qu’en Bretagne on a une culture autour des druides et des dolmens ? Je n’en sais rien, mais il y a une énergie qui émerge… En Bretagne, on a une terre idéale pour se ressourcer. L’odeur des algues, les embruns, la puissance de la mer est incroyable et à l’intérieur des terres c’est magnifique, il y a quelque chose d’ancestral qui nous relie à cette terre ».

Samcha : le bien-être, un art de vivre

Au Centre de vitalité Samcha à Rennes
Au Centre de vitalité Samcha à Rennes © Destination Rennes / Nicolas Joubard

Pour bien clore une escapade bien-être à Rennes entre gastronomie et détente, Alexandra conseille d’aller faire un tour dans le nouvel éco-quartier de la Courrouze, chez Samcha. Un centre de vitalité tenu par Samuel et Charlotte (d’où le nom de « Samcha ») où elle à ses habitudes. « Une belle rencontre : Samcha a été créé par une jeune couple et a ouvert en janvier 2013. J’en avais entendu parler par une amie masseuse et comme mon corps souffre au quotidien je suis régulièrement obligée de me faire masser. J’ai été scotchée, c’est la première fois de ma vie qu’on me masse comme ça. Charlotte a vraiment quelque chose de magique au bout des doigts. Samuel lui est coach sportif et propose des séances individuelles sur-mesure. Ce que j’aime chez eux c’est qu’il n’y a pas de miroir dans la salle de sports, on ne vient pas là pour se regarder mais pour se recentrer et se remettre d’aplomb. Ils ont aussi un salon de coiffure, un spa-sauna privatif, tout un art de vivre où on prend soin de soi, tout simplement ».

  • Samcha, Centre de vitalité / Spa, 13 avenue Germaine Tillon, 35136 Saint-Jacques-de-la-Lande dans le quartier de la Courrouzewww.samcha.fr
Alexandra Beauvais

NC natural Cooking, une nouvelle gamme de produits « made in Rennes »

La suite de l’histoire d’Alexandra c’est le lancement d’une gamme de produits sous la marque NC natural Cooking. « Nous lançons une gamme de produits sans gluten, sans additif, et bios, avec un index glycémique bas. Des produits fabriqués à Rennes en Bretagne. C’est novateur «  explique Alexandra. « La problématique ne se limite pas en effet au gluten, c’est aussi le sucre et le diabète qui va avec. Nous serons distribués en E-commerce, dans les épiceries fines et pop-up stores. Le concept est de proposer des produits gourmands, bons et sains pour une cuisine facile à préparer, inspirée par l’époque. En partant de ma connaissance de la gastronomie française, l’idée est de donner le choix et des idées de recettes où chacun pourra composer selon ses envies : bio, sans gluten, sans œufs, ou sans lactose, pour les végétariens, les vegans, allergiques ou intolérants qui pourront adapter la recette de base ».

Le goût du partage avec des ateliers cuisine

Alexandra proposera aussi des cours de cuisine aux Ateliers Malégol, un fabricant de cuisine qui accueillera les personnes en attente d’une cuisine « naturelle, saine et gourmande » pour des moments de partage autour des plaisirs et des arts de la table. 

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Découvrez les derniers récits à la une