Se détendre au Thabor

Parc et Jardins du Thabor

Le Thabor, un jardin remarquable à visiter en toutes saisons

Classé jardin remarquable, le Thabor fait partie des lieux incontournables à visiter à Rennes. Aménagé dans sa forme actuelle il y a plus de 150 ans, en 1868, il s’étend sur 10 hectares avec un jardin à la française, un parc à l’anglaise, une roseraie, un jardin botanique, un café avec terrasse… En toutes saisons, il est agréable de s’y balader pour prendre un grand bol d’air et de verdure.

A l’origine du Thabor, un haut lieu de la ville…

Vue sur le Thabor
Vue sur le Thabor © Destination Rennes / Franck-Hamon

Le nom Thabor remonte aux premières occupations humaines des lieux. « La toponymie vient à la fois de la présence des moines et du monticule, l’Everest rennais qui est le point culminant de la ville. D’où l’idée de l’appeler Mont Thabor en référence au lieu de transfiguration du Christ en Israël » explique Gilles Brohan Responsable du service patrimoine de l’office de tourisme de Rennes qui propose des visites guidées du parc toute l’année.

Les moines se sont en effet installés il y a longtemps, sur le site d’une ancienne nécropole gallo-romaine. C’est saint Melaine, évêque de Rennes au VIème siècle, qui y fonde l’abbaye. Entre le VIIIème et le IXème siècle, les moines aménagent des jardins et des vergers aux alentours sur une surface qui correspond quasiment à la taille actuelle du parc du Thabor, soit 10 hectares. Des fermes dépendantes de l’abbaye sont construites également au niveau de l’actuelle rue de la Palestine. Les lieux attisent déjà la convoitise des Vikings qui viennent piller l’abbaye et ses trésors…

Au XVIIIème siècle, le Thabor s’ouvre progressivement aux visiteurs…

A l’époque Moderne les enclos monastiques suscitent une attirance plus pacifique : les habitants ont envie de profiter de ce grand jardin aux portes de la ville. Les moines sont alors les seuls à en jouir et font même de la barque sur « l’Enfer », une excavation pensée comme une réserve d’eau suite à l’incendie de 1720. Mais il faut attendre le milieu du XVIIIème siècle pour qu’ils acceptent d’ouvrir les portes du Thabor. En 1750, sous la pression, les moines partagent enfin leur jardin secret, mais uniquement aux hommes. Les temps changent avec la Révolution française, les biens du clergé sont saisis et le Thabor devient propriété de la ville.

« Jusqu’à la première moitié du XIXème siècle, le Thabor n’est pas encore un jardin public mais le lieu est ouvert à tout le monde et le jardin botanique y est installé » raconte Gilles Brohan. « Il sert de lieu d’études pour les élèves de la faculté de médecine et les étudiants en botanique. Des professeurs renommés y participent à la classification des essences et des espèces, c’est alors un jardin scientifique, sans vocation contemplative. Les vergers continuent d’être exploités et il faut attendre le milieu du Second Empire pour que les jardins soient aménagés tels qu’on les connaît aujourd’hui ».

Aménagé par les frères Bühler en 1868

Le Thabor vu du ciel
Le Thabor vu du ciel © MRW Zeppeline

L’aménagement du Parc et des jardins du Thabor commence véritablement en 1868. La ville, en voyant l’aménagement réalisé par Denis Bühler pour François Charles Oberthür dans le parc de son hôtel particulier qui porte aujourd’hui son nom, décide de faire appel aux mêmes paysagistes. A une période où chaque ville digne de ce nom, se doit d’avoir des espaces verts.

« A l’époque du Second Empire la nature refait son entrée en ville » explique Gilles Brohan. « Le futur Napoléon III, lors de son exil en Angleterre, a pu voir les jardins anglais. Arrivé au pouvoir, il décide d’apporter des poumons verts dans les villes pour qu’elles respirent. En parallèle de la Révolution industrielle, l’émergence des grands jardins publics vient satisfaire le goût grandissant pour la promenade, sous l’influence de la mode hygiéniste. Le Thabor répond à ce besoin de la population et de l’envie de la ville de construire des jardins, à la française, à l’anglaise et jardin botanique ». Autant d’éléments qu’on retrouve réunis dans le Thabor.

Jardins à la française, parc à l’anglaise, roseraie et jardin botanique

Le parc et les jardins du Thabor regroupent dans un même espace naturel trois éléments principaux qui en font un jardin intéressant à visiter : le Carré Duguesclin, un boulingrin du nom d’un jeu de boules venu d’Angleterre (le bowling green), des serres et des jardins à la française qui font face à une grande prairie centrale, avec un jardin paysager à l’anglaise et, à l’extrémité du parc, une roseraie avec plus de 2000 variétés et un jardin botanique qui regroupe 3200 espèces différentes venues des 5 continents. Des éléments de décors sont ajoutés dans le dernier quart du XIXème : le jardin à la française est agrémentés sculptures d’inspiration classique réalisées par Charles Lenoir et ses élèves.

Les cascades du Thabor
Les cascades du Thabor © Destination Rennes / Julien Mignot

L’aménagement se poursuit au XXème siècle avec les Catherinettes

Le Thabor continuera d’être aménagé au fil du XXème siècle avec notamment la remise en eau des systèmes de fontaines et des cascades et la création du jardin des Catherinettes, aménagés au début du XXème siècle sur l’emplacement d’une ancienne congrégation religieuse. « La dernière partie du parc a permis d’apporter au Thabor ce qui lui manquait : ce qu’on appelle des fabriques, des grottes, des cascades grâce à la déclivité. Ce qui permet de clore l’aménagement tel qu’il était pensé dès le XIXème siècle par les frères Bühler avec un kiosque à musique et une volière» détaille le Responsable du service patrimoine de Destination Rennes.

Le Thabor sous la neige
Le Thabor sous la neige © Destination Rennes / Julien Mignot

Un parc agréable en toutes saisons

Reflet de l’art des jardins sous toutes ses formes, le Thabor constitue donc une étape obligée de la visite de Rennes. Si il est particulièrement agréable et fleuri au printemps et en été, toute l’année on peut profiter de ses espaces verts à l’occasion de concerts, animations, festivals et expositions qui s’y déroulent. Pour les enfants, c’est aussi le paradis avec des jeux en plein air et un manège à proximité du bar-restaurant dont la terrasse est très agréable pour profiter pleinement de la vue sur le parc.

De nombreux festivals s’y déroulent

Toutes les occasions sont bonnes pour venir au Thabor : on vient pour lire, se reposer à l’ombre ou prendre le soleil, se promener en famille, manger ou s’allonger sur les pelouses autorisées et assister à des concerts. De nombreux festivals installent en effet leur chapiteau et leurs scènes dans le Thabor : Transat en ville pendant l’été, les Tombées de la nuit en juillet, I’m From Rennes en septembre dans le théâtre de verdure, le Grand Soufflet en octobre, Mythos au printemps avec ses deux magic mirrors, la fête de la musique le 21 Juin, et au mois de juin et juillet les mercredis du Thabor qui mettent à l’honneur la culture bretonne à travers la danse et la musique. Le jardin vit toute l’année au rythme de ces grands événements culturels, de bonnes occasions d’aller le découvrir.

La visite du Thabor, une étape incontournable

Les roses du Thabor
Les roses du Thabor © Destination Rennes / Franck-Hamon

Impossible de visiter Rennes sans faire une étape au Thabor. Chaque années 1,5 millions de visiteurs passent les portes de ce jardin remarquable, l’un des trois plus beaux à voir en France selon le site Trip Advisor après celui du Luxembourg à Paris et le parc de la Tête d’Or à Lyon. Le Thabor est un jardin de prestige qui mérite le coup d’oeil, notamment pour sa roseraie mais aussi son jardin botanique en spirale, l’un des seuls du genre à voir en France. Plus de 3000 espèces du monde entier y sont classées avec des plantes primitives, des fougères, des conifères et d’autres variétés venues du monde entier. Réservoir de biodiversité, le Thabor est aussi mondialement connu pour sa grainothèque où sont conservées plus de 2000 taxons différents que le jardin échange gratuitement avec d’autres parcs botaniques. Le parc compte également de nombreux arbres remarquables comme un chêne vieux de 150 ans (près de la volière) et un gigantesque cèdre du Liban planté au début du XIXème siècle et autour duquel le jardin à la française a été organisé il y a 150 ans. 

  • Les horaires d’ouverture du jardin du Thabor : tous les jours en été, de 7h30 à 20h30, et en hiver, de 7h30 à 18h30.
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email