Aurélie Fortin - Rue des Dames

Aurélie Fortin

Instagrameuse passionnée d'architecture ancienne

Aurélie Fortin est diplômée en histoire de l’art. Elle photographie Rennes sous un nouveau jour et partage ses images sur un compte Instagram suivi dans le monde entier.

Aurelie Fortin,  Phone-ographer et chasseuse de lumière
Aurélie Fortin - Rue des Dames

Instagram, « une fenêtre ouverte sur le monde »

Aurélie est née et a grandi à Rennes. Depuis 2012, elle partage ses photos sur le réseau social Instagram. Au début, sans trop de succès, avoue la jeune femme timide. Aujourd’hui son compte baptisé « A fading summer » est suivi par plus de 13000 personnes, une petite communauté sans frontières. « En partageant des photos sur Instagram on peut parler avec des gens du monde entier » explique Aurélie. « J’ai des abonnés en Autriche, en Italie, aux Etats-Unis, j’aime voir leurs réactions quand je poste des photos de Rennes, ils sont souvent surpris de la richesse architecturale de la ville ».

« Phone-ographer et chasseuse de lumière »

Rien ne la destinait pourtant à faire de la photo, qu’elle pratique « en amateur». « Au lycée je m’intéressais plutôt au dessin, le goût pour la photo est venu au fil du temps. A force de regarder de très beaux comptes Instagram sur Paris ou d’autres grandes villes, j’ai eu envie de faire la même chose et de montrer Rennes sous un nouveau jour ».«Phone-ographer» c’est ainsi qu’elle se présente modestement sur son profil. «Chasseuse de lumière», juste armée d’un téléphone, elle capture les rues et monuments de la ville avec un style reconnaissable au premier coup d’oeil.

Rennes est photogénique, même sans filtre

Aurélie Fortin à Rennes

La lumière rennaise, elle ne la filtre que très légèrement, sans trop forcer, « j’essaie de garder un côté naturel et de simplement sublimer les couleurs de la ville » confesse Aurélie. La ville n’a pas besoin d’être trop maquillée pour dévoiler ses charmes. « Rennes est une ville photogénique, j’aime particulièrement le centre historique qui est très coloré avec ses maisons à colombage. C’est une architecture assez unique qu’on ne trouve pas dans d’autres pays ». C’est sans doute pourquoi Rennes figure dans le Top 10 des villes les plus instagrammées en France. La capitale bretonne sait montrer son meilleur profil…

« Rue des Dames, c’est comme un petit village »

Aurélie Fortin en shooting photos à Rennes

« Mon endroit préféré, c’est la rue des Dames, on s’y sent comme dans un petit village, j’aime bien m’y balader, surtout en été, j’y vais souvent pour prendre des photos ». L’été c’est justement sa saison préférée, le nom de son compte Instagram est d’ailleurs un clin d’œil à ce moment un peu nostalgique où la saison estivale commence à s’effacer comme un souvenir…

L’hôtel Galicier et son air de « château de conte de fées »

Aurélie a d’autres spots favoris pour faire ses photos, comme la Place Hoche avec l’Hôtel Galicier et ses faux airs de « château de conte de fées », les maisons à pans de bois de la Place du Champ Jacquet, « incontournables » quand on visite Rennes. Elle apprécie aussi les belles façades, comme celle de la rédaction de Ouest-France, rue du Pré Botté, au style Art Déco ou encore celle, richement sculptée, de l’Hôtel Barré où se trouve le chocolatier Durand.

Parcours photographique dans le coeur historique

Aurelie Fortin, place Hoche à Rennes

La ville, Aurélie la préfère plutôt déserte, par timidité et surtout par goût pour la lumière du matin et le calme qui se dégage des rues : « je viens souvent tôt dans la matinée ou le dimanche quand les rues sont encore peu animées ». Et quand on lui demande si elle a un parcours photographique à conseiller aux personnes qui souhaitent visiter le centre historique de Rennes, l’itinéraire est tout trouvé, comme une cartographie mentale qu’elle connaît par cœur.

« A chaque fois je découvre de nouveaux détails sur les façades »

« Partir de l’office de tourisme, remonter les rues pavées jusqu’à la Cathédrale, puis emprunter la rue de la monnaie, tourner dans la rue Saint-Guillaume pour voir Ti coz, la grande maison à colombages rouge, continuer rue de la Psalette ou rue Saint-Sauveur avant de passer par la rue du Chapitre » récite Aurélie. « Tout ce quartier est intéressant pour faire des photos il y a beaucoup de détails, des sculptures sur les façades, des statues, à chaque fois que j’y retourne je découvre de nouvelles choses ».

Les belles perspectives des grandes artères

« Les grandes rues commerçantes offrent de belles perspectives, la rue Le Bastard par exemple avec le Palais du commerce en ligne de mire. Le Parlement et les bâtiments autour de la place sont aussi très intéressants. C’est ce qui me plaît à Rennes », affirme Aurélie « beaucoup de styles architecturaux différents cohabitent, des maisons médiévales aux immeubles les plus contemporains ».

« J’adore le Thabor au printemps, les magnolias en fleurs et les reflets de l’eau »

Même si cette passionnée d’histoire de l’art a une préférence pour l’architecture ancienne, elle ouvre son regard à d’autres lieux, d’autres ambiances. « J’ai envie d’élargir mon rayon d’action à des quartiers méconnus, je suis attirée par le Parc des Tanneurs, je n’y suis encore jamais allée ». La nature en ville fait aussi partie des sujets qu’elle immortalise. « J’adore le Thabor au printemps, en particulier les magnolias en fleurs au-dessus de la Rue de Paris. Les reflets de l’eau sur les quais offrent également de très belles vues ».

Aurélie n’est pas prête de s’arrêter de flâner dans les rues de son Rennes intime. En toute discrétion, elle poursuit son inventaire : « j’essaie de trouver des angles différents, les gens ne regardent peut-être pas Rennes comme moi, mais ça me plaît de leur faire voir la ville autrement… »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Découvrez les derniers récits à la une