Pom, Pom, Pommes à l’Ecomusée

Pom, Pom, Pommes à l’Ecomusée

La pomme et la Bretagne, une histoire d’amour

A l’Ecomusée du pays de Rennes, l’exposition « Pom, Pom, Pommes » épluche l’histoire de la pomme dans la région. Un fruit avec lequel la Bretagne entretient un lien particulier : on en recense pas moins de 3000 variétés dont certaines sont cultivées dans les vergers conservatoires de l’Ecomusée.

La Bretagne en croque pour la pomme

Si la Normandie est souvent associée à la production de la pomme, sa voisine la Bretagne n’a pas à rougir dans ce domaine. Le destin des Bretons et celui de la pomme sont en effet étroitement liés depuis le XIVème siècle, époque à laquelle la culture des pommes apparaît et commence à se développer dans la région. Car même si des vestiges de pommes ont été attestés dès le 7ème siècle à l’abbaye de Landevenec, il faut attendre les XVème et XVIème siècles pour que des pommiers domestiques fleurissent un peu partout en Bretagne avant de connaître un âge d’or entre 1850 et 1950.

Et si la pomme fait encore partie de notre quotidien – c’est le fruit le plus consommé en France et le 3ème dans le monde – ses racines ne sont ni en Bretagne, ni en Normandie.

Malus domestica, le nom latin du pommier domestique, a fait un long voyage pour parvenir jusqu’à nous. Il vient de loin, des forêts primitives du Kazakhstan pour se mélanger aux pommiers sauvages déjà présents en Bretagne. Et ne date pas d’hier, les premières pommes apparaissent en effet il y a plus de 1500 ans. Une histoire racontée par l’Ecomusée dans une nouvelle exposition temporaire. Après les Landes et la Vilaine, c’est un nouveau symbole breton qui est mis en scène du 30 novembre 2019 au 30 août 2020.

Pom, Pom, Pommes - Du 30/11 au 30/08/220
Pom, Pom, Pommes – Du 30 novembre 2019 au 30 Août 2020

Pomme Crue, cuite, transformée en jus, en cidre ou en eau de vie…

Pourquoi la pomme séduit-elle autant nos palais ? « C’est un aliment simple du quotidien qui se conserve facilement » explique Anne-Cécile Turquety, commissaire de l‘exposition. Elle n’est pas juste à croquer, on l’aime aussi cuite, transformée en jus, en cidre ou en eau-de-vie. C’est pourquoi « la pomme occupe une place importante dans l’économie de la Bretagne, sa culture et son paysage ». Une place de choix que l’exposition « Pom, Pom, Pommes » détaille à travers des objets, documents, photos, œuvres d’art et anecdotes, des origines à nos jours. Dès l’ouverture de l’Ecomusée en 1987, le cidre et la pomme étaient présents dans les collections et animations de la ferme de la Bintinais et aujourd’hui, 120 variétés y sont encore conservées. Au printemps, les visiteurs pourront d’ailleurs se procurer des greffons et apprendre à greffer les fruitiers ou fabriquer du cidre au pressoir.

En Bretagne les pommiers étaient cultivés en plein champ

A l’origine en Bretagne, contrairement à la Normandie, les pommiers sont d’ailleurs plantés en plein champ ou cultivés dans les haies, en harmonie avec le paysage de bocage. Les Bretons mettent ainsi à profit le moindre lopin de terre pour cultiver des pommes. Une manière aussi  de faire de l’ombre aux cultures pour qu’elles s’alimentent entre elles. Une illustration du bon sens paysan qu’on retrouve de nos jours dans les techniques de permaculture.

La surconsommation de cidre a causé de gros pépins

Fruit de plaisir et de pêché, la pomme et le cidre sont indissociables en Bretagne. Dès le XVème siècle, le cidre fait son apparition. L’accès à l’eau potable n’est pas garanti et le cidre devient vite la boisson préférée des Bretons qui en consomment des quantités industrielles. Pendant longtemps, Rennes est réputée pour être la ville qui engloutit le plus de cidre en France. En moyenne, chaque habitant (enfant y compris), en consommait 500 litres par an à la grande époque, mais certains ouvriers agricoles en avalaient au moins dix litres par jour !

Affiche publicitaire : Buvez du cidre
Affiche publicitaire : Buvez du cidre

Ce qui n’est pas sans causer de gros pépins. En 1720, un incendie gigantesque ravage la capitale bretonne. L’origine du sinistre ? La dispute d’un menuisier ivre (de cidre sans doute) avec son épouse qui le conduit à faire tomber une bougie dans un tas de copeaux de bois de son arrière-boutique. Résultat : 40% de la ville est dévastée. L’abus d’alcool a causé de nombreux autres problèmes en Bretagne et l’exposition de l’Ecomusée s’en fait d’ailleurs l’écho. On y découvre aussi un authentique alambic destiné à fabriquer de l’eau de vie : utile pour désinfecter (pas que les boyaux) et conserver des fruits.

 Alambic authentique destiné à fabriquer de l’eau de vie
Alambic authentique destiné à fabriquer de l’eau de vie

Pomme d’amour, de discorde ou d’immortalité

Au-delà des aspects botaniques, culturels et horticoles l’exposition Pom, Pom, Pommes décortique aussi la place de la pomme dans l’imaginaire, la symbolique et l’histoire de l’art. Un fruit parfois défendu très présent dans les mythes et légendes : pomme d’amour, pomme de discorde et pomme d’immortalité… elle en fait voir de toutes les couleurs dans les récits bibliques, grecques ou celtes. Le nom même de l’île d’Avalon, ce paradis terrestre de la légende arthurienne vient d’ailleurs d’aval qui signifie « pomme » en langues celtes. Un pays où les fruits sont toujours mûrs et ne demandent qu’à être cueillis.

Pom, Pom, Pommes
Pom, Pom, Pommes décortique la place de la pomme dans l’imaginaire

Infos pratiques

L’Ecomusée du Pays de Rennes est à la fois un musée, un parc agronomique et un conservatoire animal. L’exposition temporaire sur les pommes est à voir du 30 novembre 2019 au 30 août 2020. Une idée de sortie à faire en famille pour voir les animaux bretons et les expositions, dans un cadre bucolique, une ferme grandeur nature aux portes de Rennes.

Comment accéder à l’Ecomusée ? 

> Ferme de la Bintinais route de Châtillon sur Seiche à Rennes.

> En métro ligne 1 : à 15 minutes à pied de la station de métro Triangle (sortir de la station, tourner à gauche vers le sud, traverser le pont qui enjambe la rocade et traverser les jardins familiaux en suivant les panneaux jaunes).

> En Bus : ligne interurbaine 61, direction Saint-Erblon, arrêt Le Hil-Bintinais, tourner à droite et traverser les jardins familiaux en suivant les panneaux jaunes.

> En voiture : Depuis la rocade Entre les sorties Nantes et Angers, plusieurs possibilités de sortie sont possibles (n°6b – porte de l’Alma / n°5b – porte du Blosne) puis suivre les panneaux « Écomusée du pays de Rennes ». À partir du centre de Rennes : Prendre la rue de l’Alma, suivre les panneaux, direction Noyal-Châtillon sur Seiche.

Pommes
Pom, Pom, Pommes à l’Ecomusée

Horaires d’ouverture

> Horaires d’hiver (du 1er octobre au 31 mars) : du mardi au vendredi de 9h à 12h et de 14 à 18h, samedi de 14h à 18h, dimanche de 14h à 19h (fermés les lundis et jours fériés).

> Horaires d’été : du mardi au vendredi  de 9h à 18h (possibilité de pique-niquer sur place), samedi de 14h à 18h dimanche de 14h à 19h (fermé les lundis et jours fériés)

> Tarifs : 6 € (plein tarif), 4 € (tarif réduit 18-26 ans), 

> Informations et réservations : www.ecomusee-rennes-metropole.fr/ 

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Découvrez les derniers récits à la une