Michel Cabaret - Passionné de sciences et de running

Michel Cabaret

Passeur de sciences et passionné de running

Le Directeur de l’Espace des sciences de Rennes-Bretagne, a deux passions : partager la culture scientifique avec le grand public et pratiquer la course à pied… Deux parcours parallèles qui ont beaucoup de points communs. Rencontre au croisement de la science et du sport avec Michel Cabaret.

Michel Cabaret dirige l’Espace des sciences de Rennes-Bretagne
Michel Cabaret dirigeant de l’Espace des sciences de Rennes-Bretagne

La tête et les jambes

Michel Cabaret est un passionné qui ne fait rien à moitié. Depuis 1988, il dirige l’Espace des sciences de Rennes-Bretagne. Installé dans les Champs Libres depuis 2006, après une expérience originale et réussie d’une vingtaine d’années dans la galerie Colombia, l’Espace des Sciences est un lieu-phare de la vulgarisation scientifique. Avec plus de 200 000 visiteurs chaque année, L’Espace des sciences est le centre de culture scientifique le plus visité en France, après la Cité des Sciences et de l’Industrie de Paris. Il concentre au cœur de la capitale de la Bretagne un Planétarium, le Laboratoire de Merlin et deux salles d’expositions temporaires ou permanentes. L’Espace des sciences propose aussi un cycle de conférences de haut niveau en invitant régulièrement des grands noms du monde scientifique comme Hubert Reeves ou Jean Jouzel. L’Espace des sciences est également un média scientifique avec une chaîne Youtube et un magazine, Sciences Ouest, qui permettent d’approfondir les sujets abordés lors des conférences ou des expositions. Un lieu de culture qui rayonne, bien au-delà de Rennes et de la Bretagne.

Déclic scientifique au Palais de la Découverte

Michel Cabaret a participé à la création de l’Espace des sciences et le dirige toujours aujourd’hui. Sa vocation scientifique est née très tôt et l’a conduit à mener une première carrière de biologiste spécialisé dans l’étude des sols. Un parcours naturel pour ce fils d’agriculteurs. « La science est une passion qui m’anime depuis que je suis enfant. J’ai toujours aimé me poser des questions, comprendre des phénomènes… » Le déclic s’est fait lors d’un voyage scolaire au Palais de la Découverte.  « Depuis, j’avais ce rêve de créer un centre de culture scientifique, un rêve qui a pris forme à Rennes ».

Michel Cabaret a d’autres rêves un peu fous, comme celui de gravir en courant le Mont Olympus sur la planète Mars : 22000 mètres d’altitude, le plus haut relief sur une planète du système solaire. Un défi extra-terrestre qui serait bien du goût de Kilian Jornet. Car l’autre passion qui anime Michel Cabaret, c’est la course à pied. Une discipline qu’il pratique depuis son plus jeune âge. « Je cours depuis l’âge de 8 ans. Tout ce que je fais, je le fais à fond, la course est une passion. Dès que je vais dans une ville, même en vacances, je cours souvent tous les jours ! Pour découvrir une région c’est idéal. On s’imprègne des bruits, des odeurs, des couleurs et de la nature environnante… »

Michel Cabaret, un passionné de running
Michel Cabaret, un passionné de running

Une vingtaine de marathons au compteur « tous courus en moins de 3H »

Avec plus d’une vingtaine de marathons au compteur, dont celui de New York, de Londres, de Paris et de Rennes, « tous courus en moins de 3 heures », Michel Cabaret n’est pas un joggeur du dimanche. Avec un record personnel de 2h54 au marathon et 1h21 au semi-marathon, comme il le dit lui-même modestement : « il ne faut pas traîner ». Et chaque année, il parcourt pas moins de 3000 kilomètres.

Même s’il n’a plus ses jambes de 20 ans, Michel Cabaret s’aligne régulièrement sur des courses à Rennes : Tout Rennes court, le Marathon Vert et le Rennes Urban Trail, une course à travers les monuments et les lieux emblématiques de la ville. Lors de la 3ème édition, en avril 2019, il s’était inscrit sur le 24 kilomètres prévu le lendemain de la finale de la Coupe de France de football opposant le PSG à Rennes. Pas question pour lui de faire l’impasse sur ces deux événements sportifs. Il est du voyage avec les supporters rouge et noir à Paris, au Stade de France, avec une victoire historique à la clé : « Un beau moment, du plaisir et de l’émotion… je n’ai pas beaucoup dormi. J’ai pris le TGV à 7h le dimanche matin, juste le temps de repasser chez moi pour enfiler un short et le maillot du Stade Rennais et j’étais sur la ligne de départ à 10h ». Un format de course qui lui a permis de découvrir de nouveaux circuits dans la ville, en particulier du côté de l’éco-quartier de la Courrouze.

Le running : « un dialogue entre le corps et l’esprit »

La course à pied est une hygiène de vie, un rituel quotidien dont il ne peut pas se passer. « Quand on pratique la course à pied, les idées se rangent mieux, c’est un effort qui peut devenir une drogue mais qui apporte aussi beaucoup de bien-être. C’est par exemple une bonne manière de gérer le stress » conseille Michel Cabaret. « Il faut savoir courir intelligemment surtout sur la course-reine qu’est le marathon, ne pas partir trop vite et apprendre à se connaître. On doit se rapprocher de son temps optimum sur chaque kilomètre, du premier au dernier, frôler toujours la ligne rouge mais sans la dépasser, sinon c’est le mur assuré. Piloter une grosse machine comme l’Espace des sciences avec une très belle équipe de 50 personnes est aussi une course d’endurance… »

Michel Cabaret trouve bien d’autres parallèles entre ses deux passions. « Le running est un dialogue entre le corps et l’esprit. Certains scientifiques le pratiquent pour se ressourcer. Le grand physicien Etienne Klein a notamment participé à plusieurs éditions de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc ».

Pour ce passeur de sciences qu’est Michel Cabaret, courir est plus qu’un hobby, c’est un moyen de se reconnecter à notre nature humaine. «Des publications scientifiques ont montré que l’être humain peut être à la fois endurant tout en conservant des capacités de sprinteur. Même si nous ne sommes pas aussi doués que les félins pour des courses courtes et rapides, nous avons de l’intelligence pour chasser, les hommes préhistoriques épuisaient leurs proies après un effort d’endurance. Il est  intéressant de mettre en relation l’histoire de l’homme avec la course à pied. C’est ce qui nous a permis de subsister. Manger ou être mangé… les premiers hommes ne couraient pas pour rigoler ! »

Michel Cabaret est un fidèle du Marathon Vert
Michel Cabaret est un fidèle du Marathon Vert

Fidèle du Marathon Vert

Les temps ont changé et les humains courent aujourd’hui pour s’amuser, « et pour le plaisir, d’ailleurs on peut en prendre en cherchant à se dépasser dans l’effort ». Avec près de 13 millions de pratiquants réguliers, rien qu’en France, les joggeurs ne sont plus seuls au monde. Même si pour battre le pavé, on n’a besoin de personne, les entraînements et les compétitions sont des moments de convivialité à partager. « Quand j’ai commencé à courir, il n’y avait pas beaucoup de courses sur route, on faisait surtout des cross. Aujourd’hui, le running est devenu populaire avec de belles épreuves comme Tout Rennes Court, l’Urban Trail, le Marathon Vert, les courses de Saint-Grégoire, Betton et Saint-Jacques-de-la-Lande… A Rennes, comme partout en Bretagne, on a la chance d’avoir de très beaux sites : je pars toujours de chez moi et vais souvent courir sur les bords de la Vilaine, c’est magnifique car on sort très vite de la ville ».

Le week-end Michel Cabaret s’échappe aussi vers d’autres horizons dans le Morbihan, direction Sarzeau. Pour s’y rendre, il troque ses chaussures de running pour son vélo : départ à l’aube avec les copains pour un trajet de 130 kilomètres en petite reine, une bonne mise en jambes.

« Maintenant, je cours plus cool » confie toutefois Michel Cabaret. A l’entendre, la théorie de la relativité pourrait presque s’appliquer à la course à pied : on prend plus de plaisir en courant moins vite. « Je me suis orienté vers des courses natures, des trails et des plus petites courses de 10 kilomètres, ou des marathons en duo ou en relais avec des amis. J’ai réduit tous les entraînements fractionnés qui permettent d’acquérir de la vitesse mais qui peuvent être traumatisants. Pour bien courir, il faut s’entraîner régulièrement, avoir une alimentation équilibrée et plus généralement une bonne hygiène de vie. Il est évident que les connaissances en biologie du sport et celles qui sont associées ont fait beaucoup de progrès ces dernières années ». 

Pour la prochaine édition du Marathon Vert, le dimanche 27 octobre 2019, Michel Cabaret a répondu présent pour accueillir les gagnants du concours de Destination Rennes, leur faire découvrir la ville et son goût pour les sciences le temps d’un week-end hors des sentiers battus. Le goût du partage, il aime en effet le cultiver autour de la culture scientifique.

Laboratoire de Merlin
Laboratoire de Merlin

« La science ne vaut que si elle est partagée »

Le crédo de Michel Cabaret tient dans une formule évidente : « la science ne vaut que si elle est partagée ». Avec le grand public, en particulier les enfants qui viennent en nombre découvrir des expériences scientifiques au Laboratoire de Merlin ou en prendre plein les yeux au planétarium de l’Espace des sciences. « Savoir qui on est, d’où on vient est important : nous le savons maintenant puisque nous sommes des poussières, et pas n’importe lesquelles, des poussières d’étoiles ! Le partage des savoirs nous aide à faire reculer l’obscurantisme et la violence. J’ai souvent pu observer la chose suivante, lorsque les enfants comprennent un phénomène scientifique, ils renforcent la confiance qu’ils ont en eux, et ils sont heureux !  »

La vulgarisation scientifique a ainsi gagné ses lettres de noblesse grâce au travail mené à l’Espace des sciences. Un rayonnement qui lui a valu en 2013 le Grand Prix de l’Information Scientifique, décerné par l’Académie des Sciences. Sous la Coupole de l’Académie, c’est lui qui avait des étoiles dans les yeux. « Je n’avais jamais pensé pouvoir obtenir une telle distinction, c’était merveilleux. A Rennes, nos réalisations ont été repérées et plaisent aux visiteurs ».

« Les scientifiques ne doivent pas rester dans leur tour d’ivoire »

Avec l’Espace des sciences, Michel Cabaret s’attache à donner la parole aux scientifiques sur des sujets cruciaux comme l’environnement, la biodiversité, les vaccins, l’énergie, la physique, tout en organisant des expositions accessibles sur des thèmes variés : Chiens et chats sur le comportement des animaux de compagnie, Eternité, Grande Vitesse, Plumes de dinosaures… Des expositions qui voyagent ensuite dans d’autres lieux pour aller à la rencontre d’un public toujours plus large.

« Les scientifiques ne doivent pas rester dans leur tour d’ivoire, surtout en ce moment où des mouvements remettent en cause la pensée rationnelle et les méthodes scientifiques. La culture scientifique prend tout son sens quand on aborde des sujets importants comme le réchauffement climatique » estime Michel Cabaret.

Pour preuve de la qualité des informations diffusées par l’Espace des Sciences, sa chaîne Youtube enregistre des millions de vues sur des sujets parfois très pointus. Une fierté pour Michel Cabaret : le rayonnement de l’Espace des sciences dépasse les frontières grâce aux collaborations avec d’autres musées pour accueillir ou créer des expositions. Une antenne du centre rennais va aussi voir le jour fin 2020 à Morlaix dans l’ancienne manufacture royale des tabacs. C’est un magnifique projet qui est porté par Michel Cabaret, il illustre plus que jamais que la diffusion de la science est « un processus merveilleux qui enrichit tout le monde sans appauvrir personne ».

Finalement «L’’Espace des sciences est comme le cœur d’un organisme vivant qui diffuse de la connaissance  et qui en retour s’enrichit au contact des publics » résume Michel Cabaret. « Un cœur endurant comme celui d’un marathonien… »

Le chemin de halage à Rennes

Rennes vue par Michel Cabaret

« Une ville agréable pour marcher, flâner et faire du vélo »

Michel Cabaret a ses parcours préférés dans la ville pour s’entraîner : le parc des  Gayeulles, « un circuit vallonné avec des relances en pleine nature », le circuit des fermes à Noyal-Châtillon-sur-Seiche, les bords de la Vilaine, du Canal d’Ille-et-Rance et les étangs d’Apigné… Son parcours favori pour les sorties longues ? Le chemin de halage au départ de Rennes jusqu’à Thorigné-Fouillard, aller-retour, soit 30 kilomètres.

> Voir d’autres idées de parcours pour faire du running à Rennes

Côté balade, il a un faible pour le jardin du Thabor et le Parc Oberthür et ne manque jamais le rituel du marché des Lices le samedi matin pour se ravitailler en produits frais et locaux.

« Une ville à taille humaine »

Avec l’Espace des sciences Michel Cabaret fait rayonner Rennes. « Une ville agréable à taille humaine où on se sent bien,  qui bouge beaucoup. On est près de la mer, près de Paris… Tous les scientifiques que je rencontre apprécient le Couvent des Jacobins qui accueille des congrès scientifiques de haut niveau. La ville est sur une bonne dynamique avec la ligne TGV, la nouvelle gare, l’aéroport qui se développe, la deuxième ligne de métro. Et en plus, on a gagné la Coupe de France ! »

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email