Rodéo spaghetti

Le Grand Soufflet

Un vent nordique souffle sur la 24ème édition du Grand Soufflet

Chaque année depuis 1996, le Grand Soufflet emmène les spectateurs dans un voyage musical, par petites touches, en explorant des mondes musicaux où l’accordéon joue le rôle de fil conducteur. Avec des concerts dans une trentaine de communes du département d’Ille-et-Vilaine, un chapiteau et une guinguette au Thabor de Rennes. Embarquement immédiat pour un tour du monde musical ! L’occasion d’arpenter différents lieux et salles de spectacles à Rennes et dans le département avec pour thème en 2019, les Nordiques.

Les temps forts de la 24ème édition

La 24ème édition qui se déroule en Ille-et-Vilaine du 2 au 12 octobre, a pour thème principal les Nordiques. L’idée est venu d’un coup de coeur des organisateurs pour Olena Uutai. une artiste venue de Yakoutie, une région très reculée de la Sibérie. Cette artiste venue du Grand Nord n’a encore jamais joué en France et fera partie des têtes d’affiches à ne pas manquer. Au son de la guimbarde khomus, un instrument forgé à la main qui est un peu l’ancêtre de l’accordéon, son chant diphonique nous plonge dans les plus lointaines traditions chamaniques. Un mélange d’art traditionnel et de chants d’animaux, proche d ela transe. L’artiste animera également des ateliers et des conférences pour expliquer cette tradition musicale venue du pays le plus froid du monde. 

Autre groupe à voir pour la première fois en France : les Finlandais de Suistamon Säkhö viendront délivrer leur ethotechno arctique pour plusieurs dates et un style musical inclassable.  Autre tradition, issue de Laponie, le duo Vilda mélange le Joik, le chant traditionnel des Samis avec l’accordéon, très populaire en Finlande. Un autre moment de transe en perspective… 

« La plupart des artistes nordiques invités cette année n’ont jamais posé leur pied sur le sol breton, et même français » explique Etienne Grandjean, le programmateur du Grand Soufflet. « l’intérêt du festival est de faire découvrir ces artistes uniques et les faire voyager dans le département ».  Autre tête d’affiche dans un style bien différent mais toujours originaire du Nord, le groupe finlandais Steve’n’Seagulls est passé maître dans l’art de la reprise de morceaux de heavy metal en version bluegrass. Le groupe déjà passé par les Trans Musicales va mettre le feu au chapiteau du Thabor le samedi 5 octobre pour une soirée qui s’annonce éclectique. 

Sanseverino en mode Tango, Rona Hartner et une création de Santa Cruz…

Mais le grand Soufflet, comme à son habitude, explore bien d’autres latitudes. Avec notamment en ouverture, Bonga, une grande voix de l’Angola et un artiste engagé. L’édition 2019 marque également le retour de Sanseverino avec son nouveau spectacle sur le thème du Tango. Rona Hartner sera également de la partie pour diffuser une fièvre balkanique communicative. 

Dans les événements à suivre, une création du festival verra se rencontrer les Rennais de Santa Cruz avec l’accordéonniste Jérôme Soulas. Bien d’autres rendez-vous sont prévus avec un ciné-concert de Nanouk l’esquimau, des spectacles jeune public comme le merveilleux voyage de Nils Olgersson et un grand bal fol à Pont-Péan. Sans oublier une série d’animations dans le quartier du Blosne avec un grand bal également, de srencontres et sessions accoustiques. 

Le millésime 2019 du Grand Soufflet s’annonce encore une fois savoureux avec un mélange de musiques traditionnelles et de musiques actuelles qui va vous faire oublier tous vos clichés sur l’accordéon. 

Le teaser de l’édition 2019

A chaque édition, sa destination

Les années précédentes, le Grand Soufflet a embarqué les spectateurs vers des destinations toujours métisses : Les Mondes celtes en 2018, le bal du monde en 2017, l’Argentine en 2016, le Swing en 2014, le Mexique en 2013, la Louisiane en 2012, les Amériques en 2010, la Roumanie et l’âme tsigane en 2007 ou encore la java en 2005. En 2019, un vent nordique souffle sur le festival avec des artistes venus des pays lointains, dont certains n’ont encore jamais joué en France. Au-delà de la thématique qui change chaque année, le Grand Soufflet invite également des artistes représentant toutes les cultures et les traditions musicales. Avec comme fil conducteur l’accordéon. Le festival a en effet vu le jour pour montrer que l’accordéon est un instrument universel, bien loin des clichés et qu’on croise sur tous les continents. Chaque mois d’octobre les musiciens viennent s’y rencontrer autour des musiques du monde. 

L’accordéon, Un instrument très vivant en Bretagne

La rencontre entre musiciens, c’est d’ailleurs ce qui a donné l’idée à Etienne Grandjean de créer un Festival autour de l’accordéon en Ille-et-Vilaine. « L’idée est venue de ma pratique d’accordéoniste, j’allais jouer dans différents festivals d’accordéon et je trouvais dommage qu’il n’y avait pas un événement d’importance en Bretagne autour de cet instrument qui est pourtant très vivant dans la région » se souvient le créateur du Grand Soufflet. « J’avais envie d’inviter les accordéonistes, je suis allé voir le centre culturel de Fougères et une douzaine de centres culturels se sont associés dès la première édition ». Première inspiration, première édition : le Grand Soufflet était lancé. 

Un festival à l’accent brétillien

Le Grand Soufflet au Thabor
Le Grand Soufflet au Thabor

L’autre particularité du festival du Grand Soufflet, c’est sa dimension « brétillienne ». Dans tout le département d’Ille-et-Vilaine, les lieux culturels et médiathèques de toutes tailles invitent des artistes et participent au rayonnement culturel du Grand Soufflet.

Un instrument pour tisser des liens sur le territoire

Le festival s’est ensuite développé dans d’autres communes, essaimant ses projets. Avec l’instrument, comme fil conducteur pour tisser des liens sur le territoire. « Le grand Soufflet est un festival à multiples dimensions », explique Etienne Grandjean. « Entre les grands concerts dans les salles ou sous les chapiteaux, et des spectacles plus intimistes dans les villages et communes de l’Ille-et-Vilaine, les ambiances sont très différentes ». Le Festival accorde aussi une place importante aux expositions (sur le thème « Accordéon et souvenirs de voyages », un expo itinérante fait le voyage dans les lieux culturels partenaires du festival), conférences musicales, projections de documentaires, déambulations d’accordéonistes, concours de palets, showcase et émissions de radio au « Village Thabor » qui verra le parc rennais se transformer en mode guinguette et chapiteau.

Au delà des nombreuses animations et événements qui ponctuent le festival pendant 10 jours, sur deux week-ends, reste l’idée du partage autour de la musique. Et c’est bien ce qui compte pour ce festival qui rassemble en moyenne plus de 12.000 spectateurs chaque mois d’octobre.

Ils sont passés au Grand Soufflet

Festival Grand souffet
Festival Grand souffet

Côté souvenirs, le Grand Soufflet les collectionne, des grands et des petits. Le directeur artistique ne fait pas le tri entre les moments mémorables des 20 dernières années. « Je me souviens d’un soir extraordinaire à Saint-Jean-du-Pavail, l’une des plus petites communes du département. Sur 700 habitants 180 personnes étaient venues à l’événement. Je garde aussi un grand souvenir du concert de Winston McAnnuf & Fixi en 2013, ainsi que de la prestation de Richard Galliano en 2000 avec l’orchestre symphonique de Basse-Normandie »

D’autres grands noms ont répondu au rendez-vous du Grand Soufflet pour apporter chacun leur couleur musicale au festival au fil des années : Pato Machete, la diva burlesque Maria Dolores ou encore Chris Jagger, le frère du leader des Rolling Stones en 2016, l’Orchestre National de Barbès en 2015, Sanseverino, Titi Robin Trio, Pigalle, les Ogres de Barback, ou encore les Washington Dead Cats, Les Négresses Vertes et les Hurlements de Léo, entres autres, sont tous passés par la case Grand Soufflet. 

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email