Festival Big Love à Rennes

Festival Big Love

Big Love, un long week-end electro à la Pentecôte

Jour et nuit, des concerts dans un parc et des lieux insolites, c’est le concept original du festival concocté chaque mois de juin par Crab Cake Corporation. Le temps d’un long week-end festif et convivial, Big Love investit la ville avec de bonnes vibrations. Bonne humeur et ouverture d’esprit sont les seules tenues exigées pour savourer ce cocktail d’été. Rendez-vous pour la 5ème édition les 7, 8 et 9 juin 2019 au MeM, au village de la Coupe du monde et au Square de la Touche.

Un coup de foudre electronique

Big Love en juin à Rennes
© Destination Rennes / Julien Mignot

Le festival Big Love a été imaginé en 2015 par Crab Cake Corporation, une association qui organise depuis plusieurs années des soirées et des évènements festifs à Rennes et Saint-Malo. Ce collectif artistique qui regroupe DJ’s, graphistes et passionnés de cultures électroniques, a voulu créer un format d’événement différent, une fête joyeuse qui s’étire sur un long week-end, du vendredi au dimanche.

Décloisonner le temps et l’espace en faisant la fête

Le concept de Big Love est simple : faire la fête dans des espaces inattendus à des moments de la journée différents. « L’objectif est de décloisonner la musique électronique, de s’ouvrir à d’autres publics en sortant du monde de la nuit et des clubs. Les gens viennent simplement pour être séduits et s’amuser » explique Luc Donnard Directeur artistique et fondateur de Crabe Cake Corporation.

Un festival pas comme les autres qui n’a rien d’un marathon. Luc préfère d’ailleurs le terme de « micro-festival ». « C’est un parcours dans la ville, il n’y a qu’une seule scène à chaque fois et on ne rate rien ». Sur les 3 jours, les organisateurs ménagent aussi des pauses, des temps de repos pour recharger les batteries et encore mieux profiter des bonnes vibrations.

« Retrouvons-nous dans un parc, dansons ensemble et buvons un coup »

Comme son nom le suggère, Big Love est un cocktail de bonne humeur et de convivialité. « On souhaite véhiculer de bonnes énergies. Le message c’est « dansons ensemble et partageons quelque chose de positif ». Beaucoup de gens ont ce désir assez simple. D’où le nom totalement assumé de Big Love. Sans doute un peu utopique, mais on en a besoin et la fête est un vecteur privilégié pour y arriver» affirme Luc Donnard.
Et quitte à faire la fête, autant choisir des endroits magnifiques comme les parcs et jardins de Rennes ou des monuments historiques. La cour du Parlement de Bretagne par exemple, dans laquelle s’est ouvert Big Love 2 en 2016. En 2018 c’est sur une péniche, le love Boat, que les fêtards ont rejoint un lieu mystérieux où était installés les DJ’s. En 2019, Big Love inaugure un nouveau lieu pour la soirée du samedi 8 juin, le MEM, le chapiteau-guinguette installé à l’année par les organisateurs du festival Mythos au bord de la Vilaine. Le lendemain, dimanche 9 juin, les fidèles du festival retrouveront avec plaisir un lieu investi depuis 3 ans par Big Love : le Square de la Touche.

Les nouveautés de l’édition 2019

Festival Big Love à Rennes

Pour l’édition 2019, on attend avec impatience le premier passage à Big Love de Chloé, l’icône de la musique électronique française dans l’écrin du Magic Mirror, Le MeM, sur le site de la Piverdière, au bord de la Vilaine. Autre première, la venue de Justin Strauss, DJ culte des nuits new- yorkaises de la fin de 70’s et des 80’s,  le duo de DJ écossais Optimo sera également de la partie de même que Marvin & Guy, Lauer, Benjamin Frölich, Dasco et des valeurs montantes Gigsta et Théo Muller. Sans oublier Luke von Westen, l’organisateur de Big Love, qui passera derrière les platines pour ouvrir le set du dimanche après-midi au Square de la Touche. 

Dès le vendredi, on ira aussi se presser dans un nouveau lieu d’expo dédié aux arts graphiques ouvert par Crab Cake au 3 Victor Hugo. Au menu, une exposition baptisée « Butts », avec des illustrations homo-érotiques de Yann Bastard et un DJ set de Constance Vertov. Autre nouveauté de la 5ème édition : samedi 8 juin à 15h au MeM, un workshop gratuit sera proposé par Gigsta pour se familiariser au matériel et aux techniques de mix (sur inscription réservé aux femmes, personnes trans et non-binaires). Enfin, Big Love investira aussi le village Fifa du Mail François Mitterrand à l’occasion de la Coupe du Monde Féminine de football qui se déroule en partie à Rennes. Rendez-vous samedi 8 juin de 11h à 14h.  

Les lieux, dates, horaires, tarifs et infos pratiques de la 5ème édition

  • Vendredi 7 juin : de 19h à 21h, expo Butts, au 3, rue Victor Hugo (entrée libre)
  • Samedi 8 juin : Victor Deléage de 11h à 14h sur le village Fifa de la coupe du monde féminine de Football (accès libre)
  • Samedi 8 juin : à 15h • DJ Workshop animé par Gigsta au MeM (Participation sur inscription).
  • Samedi 8 juin : de 17 à 20h Gigsta – Benjamin Frölich en extérieur au MeM (accès libre)
  • Samedi 8 juin : de 20h à 03h, Marvin & Guy – Chloé – Théo Müller – Lauer, en intérieur au MeM (de 22,50 à 25 euros)
  • Dimanche 9 juin : de 15h à Minuit au Square de la Touche, Optimo – Justin Strauss – Dasco – Luke Von Westen (accès libre)
  • Des bars et des propositions de restauration sont prévus sur tous les sites pendant le week-end. Il est interdit d’apporter de l’alcool dans les parcs pendant les événements.
  • Plus d’infos et réservations sur www.biglove.fr

Pour accéder au MeM : Site Naturel de la Piverdière, bords de Vilaine

  • à vélo : 10 min de la place de Bretagne par le chemin de halage
  • à pied : 20 min du Mail François Mitterand
  • en bus • Ligne 9 et 13 – Arrêt La Sagesse + 10 min à pied
  • en voiture : Parking de 350 places de stationnement (à partir de 17h)

Un week-end pour les « curieux ouverts d’esprits »

Le Festival Big Love en 2017
© Jean-Adrien Morandeau

Big Love fait partie des festivals typiquement rennais. Comme les Trans’, on peut y aller les yeux fermés même si on ne connaît aucun nom à l’affiche. « Ici les gens sont curieux et ouverts d’esprit à tous types d’arts. La culture étudiante y est pour quelque chose et cela nous permet de proposer des artistes inconnus » reconnaît Luc Donnard « c’est également un héritage de la culture Trans musicales : pas besoin de têtes d’affiches pour faire venir les gens aux concerts, il sont là pour découvrir et font confiance aux programmateurs. C’est rare en France d’avoir cette chance… ».

Big Love revendique des valeurs fondamentales d’égalité femmes/hommes tant dans son équipe d’organisation que dans ses propositions : la proportion de filles DJ’s invitées y est plus importante que dans beaucoup d’autres festivals electro. Reconnu également pour son ouverture d’esprit, Big Love soutient activement les minorités LGBTQI et ouvre ses portes à toutes les générations. 

Ils sont passés par la case Big Love…

La première édition organisée en juin 2015 a rassemblé 4000 personnes dans une petite dizaine de lieux du centre de Rennes pour des moments privilégiés autour d’une programmation largement internationale : The Black Madonna, Tim Sweeney, Horse Meat Disco, Job Jobse, Rebolledo, Mind Against, Permanent Vacation, Christian Löffler…

L’édition 2016 a ouvert encore encore plus la sélection vers de nouveaux horizons avec des artistes comme Selvagem (Brésil), Mehmet Aslan (Turquie) ou Awesome Tapes From Africa qui joueront dans de très jolis parcs du centre-ville en accès libre. En 2017, le Leipzig spirit a soufflé lors d’une soirée spéciale au Jardin de la Confluence avec les mixes rêveurs de Lux et le duo Map.ache. En 2018, la prog était à la fois pointue et festive avec, entres autres, Jennifer Cardini, Discodromo, ou Scratch Massive.

« S’inspirer des lieux pour mieux les sublimer »

Festival Big Love
© Big Love / Jean Adrien Morandeau

L’idée d’organiser des concerts electros dans des lieux étonnants est venue assez naturellement. Avant de bifurquer vers l’organisation d’événements culturels, le fondateur de Crab Cake Coporation a suivi des études en urbanisme à Rennes. Son mémoire de maîtrise sur la reconversion des friches industrielles en lieux culturels l’a inspiré pour creuser le sujet de l’occupation festive de l’espace public, notamment lorsqu’il travaillait pour le Festival Nuits Blanches à Paris.

Et à Rennes ce ne sont pas les lieux qui manquent. « L’idée c’est de partager quelque chose de positif dans un lieu qui appartient à tout le monde » détaille Luc Donnard. « La gratuité des concerts dans les parcs sert aussi à ouvrir la musique électronique à ceux qui ne la connaissent pas encore ». Et c’est un bon moyen de découvrir la ville et son riche patrimoine naturel et historique.

Pour accueillir le public dans ces lieux étonnants, l’équipe « s’inspire des lieux pour mieux les sublimer », comme dans le Parc Oberthür, les jardins du Palais Saint-Georges en 2015 ou le Parc des Tanneurs, le jardin Saint-Cyr et la Cour du Parlement de Bretagne pour l’édition 2016, ou le jardin de la Confluence en 2017. Le mélange des genres avec des artistes électroniques installés dans des jardins ou des lieux de patrimoine, c’est ce qui rend Big Love aussi particulier. Luc Donnard se souvient d’ailleurs avec émotion du final de la première édition au Parc Oberthür. « Une averse avait un peu refroidi nos ardeurs dans l’après-midi mais les gens sont finalement revenus le soir pour le final » raconte Luc Donnard. « Il s’est clôturé avec Job Jobse sur une version culte de La Vie en rose de Grace Jones, un instant magique ! »

Crab Cake Corporation

Crab Cake Corporation décloisonne l’electro

Le festival Big Love est une transition réussie pour Crab Cake Corporation dans sa mission d’évangélisation et de « happy parties maker ». Le collectif artistique a réussi en quelques années seulement à se faire un nom sur la scène électronique à Rennes, mais aussi en Europe. L’ambition de l’association consiste à décloisonner la musique électronique en mixant différentes formes d’arts. 

Culture sans frontière

« Dès le début, la musique et le graphisme étaient présents » explique le Directeur artistique du collectif. Mais le spectre d’activités de Crab Cake Corporation va au-delà. Dans le cadre des premiers dimanches, l’événement Discologie organisé aux Champs Libres a ainsi attiré sur un week-end 10.000 personnes venues découvrir des installations photographiques, des performances de danse, assister à des conférences ou participer à des animations pour les enfants et, bien sûr, écouter de la musique. « Il y a toujours un fil conducteur, nous essayons de croiser la culture club avec d’autres univers artistiques » confie Luc Donnard. « A Rennes, on arrive à faire des choses étonnantes, comme le projet avec l’Orchestre National de Bretagne dans la Cour du Parlement. Le but de Crab Cake c’est de créer ce genre de lien, y compris à l’échelle européenne ». 

crabcakecorporation.com

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Découvrez les derniers récits à la une