Leïla à la crêperie le Colibri

Leïla

Parcours en slow tourisme avec la chanteuse Leïla

Leïla Chevrollier-Aissaoui fait partie de la nouvelle vague de la scène musicale rennaise et sera en concert lors du prochain festival I’m From Rennes (du 14 au 23 septembre). Chanteuse au sein des groupes Leïla and the Koalas et The Sugar Family, elle nous guide dans ses lieux préférés de Rennes et des alentours. Des adresses pour prendre son temps et flâner en écoutant sa folk « solaire et métissée ».

« Je n’ai jamais eu envie de vivre ailleurs »

Leila and The Koalas à Rennes
© Destination Rennes / Nicolas Joubard

Si son inspiration musicale vient d’Outre-Atlantique, et de ses voyages dans les Appalaches aux sources de la musique folk et du gospel, Leïla est une Rennaise attachée à sa ville. « A Rennes je me sens bien, je n’ai jamais eu envie de vivre ailleurs en France. Il y a une grande proximité entre les lieux et les gens, tous les milieux se croisent plutôt facilement, avec un esprit de liberté et d’ouverture. Rennes est un territoire peu étendu, où tout est facilement accessible. C’est ma ville, là où je suis née et je ne m’y déplace qu’à pied ». Arpenter la ville pour se vider la tête est d’ailleurs son passe-temps favori.

« C’est agréable d’être musicienne à Rennes»

Rennes capitale de toutes les musiques, ce n’est pas une légende pour Leïla. « Il y a une vraie communauté artistique, c’est agréable d’être musicienne à Rennes, beaucoup plus qu’à Paris à mon sens. Beaucoup de dispositifs sont là pour aider à la création et avec Leïla and the Koalas nous en avons largement bénéficié : le Crij nous a soutenu ainsi que la ville de Rennes ; la Fête de la musique met en valeur des groupes sur des superbes scènes, tout comme les Trans Musicales ou encore l’Ubu ». 

Le festival I’m From Rennes : « meilleur symbole de la scène rennaise »

Programmée au festival I’m From Rennes en 2018 avec son trio Leïla and the Koalas, la chanteuse rennaise apprécie cette traditionnelle rentrée du mois de septembre. «  I’m From Rennes est un festival génial avec une super équipe. Avec The Sugar Family on a joué pour eux en 2016 et on sera en concert sur un rooftop cette année avec Leïla and the Koalas. A Rennes, il y a aujourd’hui une volonté de transcender tous les genres musicaux et I’m From Rennes en est le meilleur symbole. Chanson française, rock, electro-pop… c’est chouette de pouvoir rassembler toutes ces énergies pour se porter vers le mieux. Même si on peut aller plus loin en faisant mieux vivre la musique populaire ou en mettant plus en avant les artistes féminines ».

Lors de l’édition 2018 (du 14 au 23 septembre), accompagnée de Paul Manoeuvrier à la guitare et Guillaume Jurkiewicz à la contrebasse, Leïla prendra un peu de hauteur pour chanter sur un rooftop dominant la ville : la marque de fabrique du Festival I’m From Rennes consiste en effet à organiser des concerts dans des lieux tenus secrets jusqu’au dernier moment. Rendez-vous le 19 septembre pour ce concert insolite et le 23 septembre pour le final du festival au Thabor. 

« On revait de faire un clip à l’opéra »

Mais le groupe a aussi des souvenirs musicaux dans des lieux plus classiques. « On rêvait de faire un clip à l’opéra » se souvient Leïla. « C’est un lieu superbe, où tout est fait pour le rendre accessible à tous, c’est vraiment honorable de leur part. J’apprécie notamment leur superbe série de concerts consacrée aux divas du monde. On avait déjà fait une émission pour France 3 Bretagne là-bas avec le chanteur de Darcy, ainsi qu’un ténor de l’opéra autour de reprises des thèmes de Carmen, c’était génial. Il n’y a qu’à Rennes qu’un groupe de folk comme nous peut reprendre des airs d’opéra avec un punk et un ténor ».

Suivez le Groupe Leïla and the Koalas sur Facebook

« Le temps est un luxe »

Leila au Café Albertine
Leila au Café Albertine Destination Rennes / Nicolas Joubard

Son quartier favori : autour de la rue Vasselot

« J’aime bien la rue Vasselot, c’est mon quartier, avec le Café Joyeux, une super initiative. Je suis aussi une inconditionnelle de la Biocoop. J’aime ce quartier de la rive gauche, un croisement entre le Colombier, plus populaire, la très chic Criée, et la République qui brasse du monde. Un vrai mélange typiquement rennais ».

Son activité préférée : marcher dans la ville

« Je ne suis pas vraiment fêtarde et tous les jours je fais une grande marche dans la ville pour me vider la tête. C’est un moment précieux : les rues de Rennes sont très belles, les bâtiments m’inspirent. J’aime aller à mon rythme et on finit toujours par rencontrer des gens qu’on connaît, on se sent connecté à la ville. J’ai mon petit parcours, par les chemins de halage, je vais aussi beaucoup dans les églises rennaises, l’église Saint-Germain, la cathédrale Saint-Pierre, ça me rappelle l’époque où on y chantait avec la Maîtrise de Haute Bretagne, c’est très apaisant ».

Albertine et le Mod Coz, Des cafés où prendre son temps 

« Le temps est un luxe. J’aime bien prendre le temps dans les lieux qui le permettent à Rennes : des cafés où on peut rester des heures pour lire. J’adore le Mod Coz, où Tiphaine nous a soutenus dès le début. C’est un bar qui vit toute la journée, on peut y rester boire un café et le soir c’est très vivant avec notamment des concerts de musique bretonne. Dès que j’ai un moment, je vais aussi souvent au Café Albertine, je m’installe en vitrine et je regarde le monde passer ».

Carnet d’adresses sur la rive gauche

Une crêperie pour se retrouver : le Colibri

Creperie le Colibri
Creperie le Colibri © Destination Rennes / Nicolas Joubard

« J’adore la crêperie Le Colibri, les galettes y sont délicieuses avec ce côté typiquement rennais « tranquille » et comme je mange sans gluten, c’est parfait pour moi. Avec les garçons on vient souvent après nos répétitions. On s’y installe et on reste le temps qu’on veut, c’est accueillant. Son nom vient du conte du petit colibri repris par Pierre Rabhi. Un incendie ravage une forêt et tous les animaux s’enfuient. Seul un petit colibri s’agite en arrosant les arbres de gouttes d’eau pour éteindre l’incendie. Lorsque les autres animaux lui disent que c’est peine perdue, lui répond ‘je sais mais au moins j’aurai fait ma part’. C’est l’esprit de cette crêperie je pense : chacun fait sa part comme il peut pour que le monde soit plus agréable à vivre. Mon idée de la musique c’est un peu ça aussi : partager et faire passer un bon moment aux gens. On diffuse un peu de joie et d’émotions ».

D’autres idées de sorties pour un moment à part

« On entend beaucoup parler du restaurant Bercail, je n’y suis allée que deux fois mais j’ai adoré. Si on veut se faire plaisir pour un dîner exceptionnel, c’est la bonne adresse ».

Un peu plus à l’ouest aux portes de Rennes, Leïla conseille aux visiteurs le Château d’Apigné : « J’y organise des stages de gospel. Pour déjeuner au restaurant, c’est un très bel endroit, un lieu de mélange des genres avec des garden-partys, des sets électro dans un superbe décor avec cette envie de croiser les mondes, je trouve que c’est intéressant ». Autre idée de sortie : aller voir un spectacle au Pôle Sud de Chartres de Bretagne, « j’adore leur programmation » confesse Leïla. Et pour une idée d’escapade proche de Rennes, Leïla opte pour le château de Fougères « un magnifique château avec un théâtre incroyable, un lieu de concert magnifique où nous avons eu la chance de jouer ».

Un jardin pour se ressourcer :
les jardins Rocambole

Leïla aux jardins Rocambole à Corps-Nuds
Leïla aux jardins Rocambole à Corps-Nuds © Destination Rennes / Nicolas Joubard

Les Jardins Rocambole, un lieu à part auquel Leïla est très attachée. « Je connais bien ce jardin imaginé par les parents d’une amie d’enfance avec qui j’ai créé mon premier groupe de musique ». Un potager et un jardin éco-insolite situé à Corps-Nuds où il fait bon se promener et prendre son temps au milieu de sculptures et oeuvres d’artistes invités à donner un écho aux plantations. « C’est un jardin extraordinaire où on peut venir juste se balader au milieu des fleurs mais aussi apprendre à cultiver son jardin grâce aux ateliers, voir des expositions, prendre un verre… » Le lieu tenu par des passionnés de nature et de convivialité, Luc Bienvenu et Christine Bannier, accueille régulièrement des concerts pour des pique-nique musicaux le dimanche après-midi. 

  • Jardins Rocambole, (20 kilomètres au sud de Rennes) au lieu-dit La Lande aux Pitois, 35150 Corps-Nuds. 02 99 57 68 32. Ouvert du 1er juin au 21 octobre 2018 du mercredi au dimanche de 10h à 20h. www.jardinsrocambole.fr/

Des lieux solidaires et alternatifs

Leïla à la librairie La Nuit des Temps
Leïla à la librairie La Nuit des Temps © Destination Rennes / Nicolas Joubard

« Je vais tout le temps chez Emmaüs, j’aime l’idée de ne pas acheter de neuf, la consommation à outrance c’est pas vraiment mon truc. C’est très vertueux comme structure, on peut se faire plaisir tout en permettant de donner du travail à des gens qui en ont besoin. La belle déchette, je trouve ça chouette. Pour une ville pas si grande on a la chance d’avoir pas mal de propositions alternatives et solidaires, comme le Café Joyeux ». Au rayon librairie, Leïla a un penchant pour La Nuit des Temps « pour leur orientation féministe, écologiste et anti-capitaliste. Il y a plein de choses qui me touchent dans cette idée d’alternative de vie, se poser des questions sur notre monde et essayer de le rendre meilleur, sans s’auto-flageller mais plutôt en essayant de construire quelque chose ensemble… »

Leïla and the Koalas au Mod Coz
Leïla and the Koalas au Mod Coz © Destination Rennes / Nicolas Joubard
Leila and the koalas

De Bourgbarré à la scène… 
en passant par la Nouvelle Star

Leïla est née Rennes et a grandi à Bourgbarré, au sud de Rennes. En pleine campagne mais à deux pas de la ville. Passer des champs au chant, quoi de plus naturel ? « Enfant, j’écoutais beaucoup de musique, même si je ne suis pas d’une famille de musiciens. La rencontre avec le chant m’a fait beaucoup de bien quand j’étais petite. Certains font du sport ou de la danse, chanter était pour moi un moyen de m’exprimer, j’étais super timide et ça m’a bien libérée » raconte Leïla qui a commencé à la Maîtrise de Haute-Bretagne à l’âge de 9 ans.

Pas de quoi pourtant susciter une vocation précoce, Leïla aime prendre son temps et apprécier le moment simplement, elle a même enseigné l’histoire avant de devenir chanteuse. « J’ai suivi des études assez longues, j’ai toujours adoré chanter sans forcément me dire que c’est mon métier. J’aime faire plein d’autres choses dans la vie… » explique Leïla. « Ça fait 20 ans que je chante, ce que je suis aujourd’hui ne ressemble pas à ce que je faisais il y a dix ans, j’aime l’idée de me laisser le temps, sans être dans une course au succès ou à la célébrité ».

« L’image d’ex-candidate à la Nouvelle Star est très réductrice »

Un paradoxe pour celle qui a connu son « quart d’heure de célébrité » lors de l’émission la Nouvelle Star en 2009. « Je m’y suis inscrite un peu sur un coup de tête avec une copine à 17 ans. Pendant toute l’émission, je me suis sentie là vraiment par hasard. Je ne savais pas trop qui j’étais en tant que chanteuse et musicienne, ça m’a permis de me construire, sans être un aboutissement. Je ne regrette pas de l’avoir fait, au contraire. C’est drôle que certains m’identifient toujours par rapport à ce moment, pourtant si court et anecdotique. Devoir faire ses preuves à l’écran, être jugée par les autres est assez intense en termes d’image de soi quand on est jeune. L’image d’ex-candidate de la Nouvelle Star est réductrice, mais je pense que le public rennais qui me connaît ne me voit plus comme ça depuis longtemps ».

  • Leïla and the Koalas seront en concert pendant le festival I’m From Rennes, mercredi 19 septembre de 19h30 à 22h sur un rooftop et dimanche 23 septembre au Thabor
  • Nouvel album « In the Mountains » disponible chez les disquaires indépendants et à la Fnac de Rennes
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Découvrez les derniers récits à la une