#EXPORAMA – Parcours C4

avenue sergent Maginot
35000 RENNES

Contact :

Lignereux

Exposition

#EXPORAMA – Parcours C4

Du 11 juin 2022 au 18 septembre 2022

    Le long de la ligne du C4

    Pendant l’été, Exporama vous emmène à la découverte de l’art contemporain partout dans Rennes ! La programmation 2022 vous offre des expositions temporaires, des installations éphémères, des visites guidées et des événements. Cette offre estivale s’ajoute aux nombreuses œuvres d’art présentes de manière pérenne dans l’espace public.

    Pour découvrir une partie de la programmation Exporama 2022, quatre parcours vous sont proposés, à faire en autonomie à pied, à vélo ou en bus, pour parcourir la ville et vous laisser surprendre le temps d’une demi-journée !

    Le bus C4 se met aux couleurs de l’art contemporain cet été ! Cette ligne de bus relie plusieurs lieux d’exposition incontournables à Rennes. Elle donne aussi l’occasion de (re)découvrir des œuvres d’art public, installées entre 1995 et 2021. Suivez le guide, et n’hésitez pas à sortir du bus aux arrêts indiqués pour voir les œuvres de plus près.

    1
    ARRÊT ROBIDOU – PETER BRIGGS, JANUS 2, 2014
    L’ensemble Janus (1987), composé de douze sculptures conçues initialement pour le rond-point à l’entrée de la ville sur l’ancienne route de Nantes, a été scindé en deux entités en 2014 : les cinq pièces en marbre sont toujours visibles sur le terre-plein du rond-point alors que les bronzes (Janus 2), démontés pour des raisons de sécurité, se trouvent désormais au jardin Oberthür. Ces formes animales ambiguës, mi caméléon mi éléphant, ont été imaginées, à l’origine, en fonction des règles de la circulation automobile, jouant sur des effets d’inversion gauche-droite. Désormais, elles nous invitent à déambuler librement dans un sens ou dans l’autre autour du bassin du parc.

    JACQUES VILLÉGLÉ, ¥€$ [YES], 2008
    Jacques Villeglé fait partie du groupe des Nouveaux Réalistes à partir de 1960, avec César, Tinguely, Niki de Saint-Phalle, Hains, entre autres. Son œuvre YES est installée dans le jardin Oberthür. En transformant les symboles monétaires en œuvre d’art, l’artiste met en lumière, de manière humoristique, l’importance de l’argent dans la société contemporaine et son rôle néfaste sur le marché de l’art. Cette œuvre peut être lue également comme un clin d’œil à l’activité de l’imprimerie Oberthür, qui éditait des billets de banque.

    GILLES MAHÉ, PIERRE PICOT, OLIVIER DE COUX, LE BANC DES AMOUREUX, 1995
    L’histoire du Banc des amoureux a été écrite à trois mains. Gille Mahé a, non
    sans malice, passé commande d’une œuvre à Pierre Picot, peintre français qui
    a réalisé des meubles parallèlement à son travail artistique. À son tour, après avoir
    dessiné le Banc des amoureux, Pierre Picot a sollicité Olivier de Coux, lui aussi artiste, pour la réalisation de l’objet. Sur ce banc, vous avez le loisir de vous asseoir seul, ou, comme le suggère le titre, à deux pour mieux se rapprocher.

    2
    ARRÊT PONT DE CHÂTEAUDUN – 4X3
    Porté par l’association Lendroit éditions, le projet artistique 4X3 a été proposé et
    élu au budget participatif de la Ville de Rennes. Installés 75 avenue Aristide-Briand,
    trois panneaux grand format accueillent d’immenses affiches d’artistes visibles par tous, comme autant de fenêtres ouvertes sur le paysage artistique actuel. Chaque année, quatre artistes sont invités à présenter une sélection de 6 images de 4 mètres sur 3 mètres, que le public peut découvrir à tout moment, 7j/7 et 24h/24. L’art contemporain s’invite ainsi dans l’espace public, à ciel ouvert. Cet été, ce sont les artistes Anne Brugni (jusque fin juin) puis Nelly Monnier et Eric Tabushi (juillet et août) qui investissent ces affichages.

    3
    ARRÊT PAUL-BERT – 40MCUBE, EXPOSITION « L’ÎLE DE LA RESIDENCE »
    Cet été, 40mcube propose l’exposition « L’Île de la résidence » (20 mai – 27 août) qui réunit des peintures d’Anne Brégeaut, remplies de paysages colorés, peuplées d’animaux et de personnages évoluant dans des scènes énigmatiques. Ces tableaux répondent aux extraits du roman du même titre écrit par Anne Langlois. L’exposition en recompose la lecture et laisse transparaître l’atmosphère étrange commune aux œuvres et au roman.

    FONTAINE MAGINOT, 2020
    Tout proche du centre d’art, la fontaine Maginot a repris des couleurs en 2020. Situé au bout des quais de la Vilaine canalisée, entre les avenues Maginot et Briand, le lieu était délaissé depuis l’arrêt de la fontaine en 2011, suite à un dysfonctionnement. C’est une proposition soumise au vote des Rennais à l’occasion de la 2e saison du budget participatif qui lui a donné une seconde vie et de nouvelles couleurs. La fresque a été réalisée par l’artiste Marine Bouilloud. La fontaine est également ornée d’une œuvre de l’artiste Ali, dont les motifs sont constitués de clous podotactiles.

    4
    ARRÊT MUSEE DES BEAUX-ARTS – MUSEE DES BEAUX-ARTS, EXPOSITION « PAS SOMMEIL »
    Le Musée des beaux-arts de Rennes propose aux visiteurs un panorama de l’histoire de l’art depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Ses collections permanentes sont structurées autour de trois axes forts : un cabinet de curiosité du 18e siècle, un fonds de peintures anciennes, un ensemble d’art moderne et contemporain. Cet été, le Musée des beaux-arts présente un des trois volets de l’exposition « Pas sommeil » coproduite avec le Frac Bretagne et les Champs Libres (du 11 juin au 18 septembre, plein tarif : 9 €).

    5
    ARRÊT PLACE DE BRETAGNE – GÉRARD COLLIN-THIÉBAUT, DES BAIGNEUSES PAS TRÈS ACADÉMIQUES, 2000
    L’artiste Gérard Collin-Thiébaut a pioché dans le corpus de l’histoire de l’art quatre sculptures afin d’orner le centre des quatre fontaines de granit prévues par l’architecte Dominique Brard, pour mettre en évidence les traversées piétonnes de la place de Bretagne, qui était jadis un parking. Ces quatre statues en résine (aujourd’hui en bronze) sont moulées d’après deux œuvres de Gabriel-Christophe Allegrain (18e siècle), exposées au Musée du Louvre. Elles sont chacune peintes d’une couleur empruntée à l’industrie automobile. À la demande de l’artiste, des lumières colorées ont été ajoutées aux jets d’eau. Dans cet ancien espace de stationnement, ces sculptures étaient envisagées comme des accroches visuelles permettant à l’automobiliste de se repérer facilement. Ainsi, l’artiste a transformé des sculptures du classicisme français en signalétique de parking avec un décalage ludique.

    LE GRAND ANGLE IMOJA, EXPOSITIONS
    Le Grand Angle est né d’une volonté d’innover, de mêler l’art et l’immobilier et d’amener la culture là où on ne l’attend pas. Cet espace vitré qui combine agence immobilière et site d’expositions gratuites a ouvert en mai 2018 à l’angle du quai Lamennais et de la place de Bretagne. Plusieurs expositions s’y succèdent cet été : Laurence Nadal Arzel, « Des Planches à la forêt » (du 9 juin au 11 juillet), Hervé Bédouin & Catell Koniezy, « Réserve naturelle » (du 12 juillet au 30 août), Karim Ould, « Composition verticale » (du 1er septembre au 16 octobre).

    L’AIMANT A STICKERS
    Unique en France, sur une idée originale de MéMé, l’Aimant à Stickers situé place de Bretagne vous permet de déposer tous vos stickers liés à vos informations, à la valorisation de vos événements, à vos revendications syndicales, politiques… sur le panneau de recueil de stickers.

    RONAN ET ERWAN BOUROULLEC, LE BELVÉDÈRE, 2020
    Ronan et Erwan Bouroullec ont conçu pour Rennes un Belvédère sur la Vilaine, sous la forme d’une plateforme circulaire en béton surmontée d’un lustre monumental métallique équipé de petits mobiles, tels des moulins animés par le vent. Issue d’une réflexion sur l’aménagement de l’espace public et la valorisation du fleuve en centre-ville, l’œuvre permet de se rapprocher de l’eau et offre de nouveaux points de vue sur le paysage urbain, des tours de la cathédrale à celle de la Mabilais. Le reflet du lustre dans l’eau offre des jeux de lumière différents à chaque moment de la journée et de la nuit. Monumentalité, complexité technique, élégance, finesse de la composition et du traitement des détails sont caractéristiques du travail des deux artistes, figures majeures du design international. Cette œuvre a bénéficié d’un soutien financier et en ingénierie de plusieurs mécènes, réunis au sein du fonds de dotation Puzzle.

    6
    ARRÊT CHÈQUES POSTAUX – KENGO KUMA & ASSOCIATES, DANCING FOREST, 2018
    Muz Yer (en breton : « Maison à oiseaux » ou « cage à poules ») est un ensemble d’installations conçues par des architectes français et internationaux. Huit nichoirs ont été commandés et produits pour l’occasion, installés sur un axe de 8 km, traversant la ville du nord-est au sud-ouest. Chaque nichoir constitue un abri dédié à une espèce identifiée par la Ligue Protectrice des Oiseaux (LPO), partenaire scientifique de l’opération. Ici, le nichoir imaginé par Kengo Kuma mélange des savoir-faire traditionnels (le bois brûlé) avec des techniques de construction plus actuelles (la stabilisation par le jeu des forces de tension et de compression qui se répartissent et s’équilibrent). D’autres nichoirs sont à retrouver dans la ville.

    7
    ARRÊT UNIVERSITÉ – JEAN-PAUL PHILIPPE, ALEPH ALPHA A, 2004
    Située à la sortie de la station de métro Villejean-Université, la réalisation monumentale de l’artiste Jean-Paul Philippe, à la frontière entre la sculpture monumentale et le modelage de l’espace urbain, a été créée en 2002-2005, à la faveur du réaménagement de la place qui a accompagné la mise en service du métro. En référence, sans doute, aux origines de Rennes 2 (avec l’installation de la Faculté des Lettres), l’artiste a gravé dans la pierre et le bronze la première lettre de plusieurs alphabets du monde : ainsi, le sanscrit, l’arabe, l’araméen et le cyrillique côtoient le chinois et le japonais, par exemple. Cet éloge au plurilinguisme est peut-être, également, une mise en valeur artistique de la richesse du multiculturalisme du
    quartier.

    8
    ARRÊT VILLEJEAN-UNIVERSITÉ – YANN LESTRAT, TRAIT POUR TRAIT, 2021
    Yann Lestrat propose ici une réimplantation de La ligne et le point du jour, une œuvre de François Morellet (1926-2016). Cette commande publique de 1989 se trouvait sur quatre pignons d’immeubles du boulevard Clemenceau à Rennes et a été démontée en 2018, en raison de la transformation des immeubles. Yann Lestrat a imaginé la transposition et la recomposition de l’œuvre dans le square de Normandie. Il a réutilisé les ardoises originelles et en a ajouté de nouvelles, financées par la famille de François Morellet, pour remplacer celles manquantes ou détériorées. Trait pour Trait rend hommage à l’artiste et revisite son travail d’abstraction géométrique. Les paires de lignes subsistent et sont dorénavant disposées différemment. Jadis placée en hauteur pour être vue de loin, l’œuvre est maintenant encastrée dans le sol, visible de près. Cette nouvelle perception se télescope avec l’ancienne, restée en mémoire.

    9
    ARRÊT CUCILLÉ – NICOLAS GAUTRON, HABILLAGE POUR LA FAÇADE, 2014
    L’artiste Nicolas Gautron, en lien avec les habitants du quartier, a conçu un habillage pour la façade du Cadran (la maison de quartier de Beauregard), consistant en un message aux lettres monumentales, qui change régulièrement. Cinq cents points d’accroche sont répartis sur les murs extérieurs pour recevoir des bandes blanches élastiques tendues d’un point à l’autre, permettant de former des lettres, des mots, des signes voire des dessins.

    FRAC BRETAGNE, EXPOSITION « PAS SOMMEIL »
    Le Frac Bretagne, institution phare de l’Ouest français, est installé au cœur du parc de Beauregard. Conçu par l’architecte Odile Decq, son bâtiment est un écrin architectural fait de béton, d’inox et de verre. Sa collection d’art contemporain reconnue à l’échelle régionale, nationale et internationale est aujourd’hui riche de plus de 5 000 œuvres. À travers une dizaine d’expositions par an ainsi que de nombreux dispositifs à destination des publics, le Frac Bretagne invite à la rencontre avec l’art contemporain. Cet été, le Frac présente un des trois volets de l’exposition « Pas sommeil » coproduite avec le Musée des beaux-arts et les Champs Libres (du 11 juin au 18 septembre, plein tarif : 9 €).

    AURELIE NEMOURS, ALIGNEMENT DU XXIE SIÈCLE, 2005
    Conçue par Aurelie Nemours, l’une des artistes majeurs de l’abstraction géométrique, cette sculpture exceptionnelle par sa taille se compose de 72 colonnes en granit gris de Bretagne, réparties à intervalles réguliers sur un plan rectangulaire. Ces alignements de granit sont orientés selon la position du soleil, leur ombre portée au sol créant le rythme recherché par l’artiste. Ils s’inscrivent ainsi dans la continuité des monuments mégalithiques de Carnac et de Stonehenge, dont l’implantation avait déjà aussi été établie en fonction de la course du soleil. Les colonnes et leur ombre sont parfaitement alignées à midi (heure solaire). L’ampleur de l’installation, la hauteur des éléments et les intervalles qui les séparent permettent au public de pénétrer au cœur de la sculpture. L’œuvre n’est plus un objet dans l’espace, elle devient un espace à part entière.

    Infos pratiques, équipements et services

    • Accueil des Personnes à Mobilité Réduite

      Adapté aux personnes à mobilité réduite